Evénements

34e Réunion annuelle du RPCA

Du 03/12/18 au 05/12/18 - Banjul, Gambie

Les questions nutritionnelles ont été au cœur de la 34e réunion annuelle du Réseau qui s’est tenue du 3 au 5 décembre 2018 à Banjul, en Gambie dans le cadre de la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. Si la disponibilité alimentaire et l’accès à la nourriture restent des défis importants, l’utilisation adéquate des aliments est également primordiale dans une région qui entame sa transition alimentaire dans un contexte d’une urbanisation rapide. Les membres du RPCA ont préparé une Déclaration sur la nutrition dans laquelle ils appellent à une forte mobilisation de toutes les parties prenantes dans la durée pour inverser les tendances nutritionnelles négatives et dévastatrices. La réunion de Banjul a également permis de partager les conclusions de la seconde évaluation externe de la Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires (Charte PREGEC) centrée sur l’analyse de l’efficacité de la réponse aux crises alimentaires et nutritionnelles.

34th RPCA Annual Meeting

Situation alimentaire & nutritionnelle


RPCA SESSION 1 

3 décembre 2018, 10h30-13h00

Les membres du Réseau ont examiné les résultats provisoires de la campagne agropastorale en cours, la situation des marchés de denrées alimentaires, l’environnement macroéconomique et leurs conséquences sur la situation alimentaire et nutritionnelle de la région. Sur la base de cette analyse, ils ont formulé des recommandations en termes de mesures à prendre pour faire face à toute éventuelle crise alimentaire et nutritionnelle. Les membres ont également examiné le bilan des plans de réponses et de la gestion de la transhumance en 2017-18.

Analyses

L’évaluation de la situation alimentaire et nutritionnelle indique que 4.5 millions de personnes sont en besoin d’assistance immédiate pour la période octobre-décembre, dont 182 000 en situation d’urgence au Nigéria, au Mali, en Gambie, en Mauritanie, au Niger et au Tchad. Cette situation, due à la détérioration des moyens d’existence, est aggravée par l’insécurité civile persistante au nord-est du Nigéria, dans les zones du lac Tchad et du Liptako-Gourma. En l’absence de mesures appropriées, près de 8.9 millions de personnes, dont 4.5 millions au Nigéria, pourraient être affectées en juin-août 2019, parmi lesquelles 500 000 en urgence. La situation nutritionnelle demeure préoccupante avec une prévalence de la malnutrition aiguë globale supérieure à 10 % dans les pays sahéliens et dépassant le seuil d’urgence (15 %) dans plusieurs régions de Mauritanie, du Niger et du Tchad.

Recommandations

Au regard de la situation, les membres du Réseau exhortent les gouvernements et leurs partenaires à :

  • fournir une assistance alimentaire et nutritionnelle urgente aux populations affectées notamment dans le bassin du lac Tchad, au nord-est du Nigéria, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Gambie et au Cabo Verde ;
  • augmenter les investissements structurels en vue d’inverser les tendances négatives de la malnutrition aiguë et chronique et du renforcement de la résilience.

Le RPCA demande également à la CEDEAO et à l’UEMOA :

  • d’organiser une conférence régionale sur le financement durable et la pérennisation des systèmes d’information sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Présentations

Magazine WARI/TV5 Monde

Application de la Charte PREGEC


RPCA SESSION 2

3 décembre 2018, 14h30-16h00

La session a offert l’opportunité de partager les conclusions de la seconde évaluation externe de la Charte pour la prévention et la gestion des crises alimentaires (Charte PREGEC) centrée sur l’analyse de l’efficacité de la réponse aux crises alimentaires et nutritionnelles. Un panel de haut niveau a débattu de principales recommandations.

Documents

 

Mise à l'échelle des bonnes pratiques de nutrition

RPCA SESSION 3
4 décembre 2018, 08h30-17h45

La situation nutritionnelle demeure préoccupante dans la région avec une prévalence de la malnutrition aiguë dépassant régulièrement le seuil d’urgence de 15 % dans plusieurs pays. De nouveaux facteurs de risques nutritionnels comme celui du surpoids et de l’obésité amplifient les défis existants avec des conséquences sanitaires et économiques énormes pour les États. C’est la raison pour laquelle le Réseau a décidé de consacrer une réflexion à la mise à l’échelle des bonnes pratiques de nutrition. Le Réseau a préparé une Déclaration dans laquelle le Réseau appelle à une forte mobilisation de toutes les parties prenantes dans la durée pour inverser les tendances nutritionnelles négatives et dévastatrices.

Déclaration sur la nutrition

Notes de cadrage

Présentations

Entretien

Alliance globale pour la Résilience (AGIR)

RPCA SESSION 4
5 décembre 2019, 08h30-12h00

L’exercice de capitalisation et du partage d’expériences et de bonnes pratiques en matière de résilience se poursuit cinq ans après l’adoption de la Feuille de route régionale de l’Alliance globale pour la résilience (AGIR). Après le Niger en avril 2018, c’était le tour du Sénégal de partager ses acquis et son engagement en matière de renforcement de la résilience alimentaire, notamment autour de son approche  « Nouveaux terroirs résilients » (NTR).

Documents

Appel de la société civile

PAGR-SANAD : Améliorer la gouvernance

Cet événement de la CEDEAO, de l’UEMOA et du CILSS, organisé au sein de la 34e réunion annuell du RPCA, a marqué le lancement officiel du Projet d’amélioration de la gouvernance de la résilience, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de l’agriculture durable en Afrique de l’Ouest (PAGR‑SANAD).

Le projet a pour objectif spécifique de développer des capacités au sein des institutions régionales et nationales pour renforcer la gouvernance régionale de la SAN et des politiques agricoles dans le contexte de la résilience en Afrique de l’Ouest en vue de l’atteinte de l’objectif faim zéro d’ici 2025.

Financé par le 11e FED de l’Union européenne avec un budget de 20.5 millions d’euros sur une période de 60 mois, le projet est structuré en trois composantes :

  • Composante 1 : Renforcement des capacités du cadre institutionnel, de pilotage et de suivi-évaluation des politiques et programmes SANAD & résilience au plan régional.
  • Composante 2 : Renforcement des dispositifs et systèmes d’information et d’analyse et de suivi évaluation des politiques et programmes agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle et de résilience.
  • Composante 3 : Appui à l’intégration effective de la nutrition dans les politiques agricoles et de sécurité alimentaire au plan régional et dans les pays.

La coordination du projet est assurée par le CILSS sous le pilotage de la CEDEAO et de l’UEMOA qui assurent la présidence et la vice-présidence du comité régional de pilotage des projets régionaux.

Présentation du PAGR-SANAD