Evénements

Réunion restreinte du RPCA par visioconférence

Réunion restreinte du RPCA par visioconférence

Réunion restreinte du RPCA

Du 08/04/21 au 09/04/21 - Événement virtuel

Pour la deuxième année consécutive, la région doit répondre à une crise alimentaire et nutritionnelle majeure en 2021. Les nouvelles estimations indiquent que 27.1 millions de personnes auront besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence en juin-août 2021 si des mesures appropriées ne sont pas prises. Réunis en visioconférence, près de 200 membres du RPCA ont pris part aux débats de deux jours. Ils ont examiné les résultats définitifs de la campagne agropastorale 2020-21 et ont validé les résultats des analyses du Cadre harmonisé sur la situation alimentaire et nutritionnelle. Les membres ont également échangé sur le thème de la 3e évaluation de la Charte PREGEC et celui de la 37e réunion annuelle du RPCA, le Comité de veille citoyenne de la Charte, ainsi que sur les enjeux et les préparatifs du Sommet mondial sur les systèmes alimentaires prévu en septembre. La 37e réunion annuelle du RPCA se tiendra les 6-7 décembre 2021 avec comme thème central « Femmes, conflits et enjeux alimentaires et nutritionnels ».

Situation agropastorale

En dépit des perturbations liées à la pandémie de Covid-19 et à des poches d’inondations et de sécheresse, la campagne agropastorale 2020-21 a été globalement bonne. La production céréalière est évaluée à 74.3 millions de tonnes, en hausse de 0.6 % par rapport à la campagne dernière et de 9 % par rapport à la moyenne quinquennale. Toutefois, comparativement à la campagne dernière, une baisse de 8 % de la production céréalière est observée en Côte d’Ivoire et en Guinée. La production moyenne par habitant est de 175 kg, en hausse de 1 % comparativement à la moyenne quinquennale. La production de tubercules, estimée à 194.9 millions de tonnes, est en hausse de 11.6 % par rapport à la moyenne quinquennale. La situation pastorale est marquée par une disponibilité satisfaisante en pâturages et points d’eau, mais l’accès à ces ressources demeure toujours très limité dans plusieurs zones de conflit. De même, les mesures de santé publique face à la Covid-19 continuent d’entraver, voire de bloquer, la transhumance transfrontalière – près de 57 000 éleveurs avec un total de 1.5 million de têtes de bétail bloquées en janvier 2021 – affectant les moyens d’existence des éleveurs et des autres acteurs de l’économie pastorale.

Situation alimentaire et nutritionnelle

Pour la 2e année consécutive, la région fait face à une crise alimentaire et nutritionnelle sans précédent. Les résultats des analyses du Cadre harmonisé indiquent que près de 19.6 millions de personnes, dont 9.2 millions au Nigéria, ont besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle immédiate. Ce chiffre pourrait atteindre 27.1 millions de personnes, dont 12.8 millions au Nigéria, en juin-août si des mesures appropriées ne sont pas prises. Environ 51 millions de personnes additionnelles, actuellement sous pression alimentaire (phase 2), pourraient basculer en situation de crise si des actions d’atténuation ne sont pas mises en œuvre ; ce chiffre risque d’atteindre 67 millions pendant la soudure. En 2020, plus de 1.5 million d’enfants malnutris de 6 à 59 mois ont été admis dans les centres de récupération, et la situation nutritionnelle générale pourrait se dégrader davantage en 2021, avec la persistance de la crise sécuritaire, occasionnant la fermeture de centres de santé et d’écoles, privant les enfants de cantine scolaire.

Résilience

Lors de la session du Groupe d’experts seniors (SEG) de l’Alliance globale pour la résilience (AGIR), les membres ont discuté des progrès du Mali en matière de renforcement de la résilience des populations vulnérables ainsi que des bonnes pratiques. Les membres du SEG-AGIR invitent les États et l’ensemble des parties prenantes à consentir plus d’investissements structurants et dans la durée en faveur de la résilience des plus vulnérables. Cela constitue la meilleure alternative pour s’attaquer aux causes profondes de la faim et de la malnutrition et par conséquent rompre le cercle vicieux des crises alimentaires répétitives.

Comités de veille citoyenne

Les membres ont également fait le point sur les progrès réalisés dans la mise en place de Comités de veille citoyenne et parlementaire sur l’application de la Charte PREGEC. Depuis 2019, deux Comités de veille citoyenne ont été mis en place au Burkina Faso et au Mali. Ils ont notamment pour objectifs de renforcer la connaissance sur les principes et engagements de la Charte PREGEC et d’interpeller les pouvoirs publics et les autres signataires de la Charte sur le respect de leurs engagements.

La 3e évaluation de la Charte PREGEC aura pour thème « Efficacité des mécanismes de protection sociale et de solidarité régionale en réponse aux causes structurelles des crises alimentaires et nutritionnelles ».

Gouvernance de la SAN

Une séance a été dédiée à la présentation des premiers enseignements de l’expérience pilote d’autoévaluation par les pays de leur capacité de leadership en matière de gouvernance SAN (C-GovSAN). L’expérience pilote du Burkina Faso confirme la pertinence de l’outil, en aidant les pays dans l’identification de leurs faiblesses et la recherche de mesures correctives. Les participants félicitent le Burkina Faso et exhortent les autres pays à accélérer leurs exercices d’auto-analyse afin de favoriser un partage mutuel d’expériences. En savoir plus

Innovations - PREGEC

L’adaptation des instruments de collecte de l’information aux situations de crises est amorcée dans la région. Les participants réitèrent toutefois leur appel à l’intégration effective de la dimension genre dans le processus d’innovation en cours.