Greniers de sécurité alimentaire à l’échelle locale

Greniers de sécurité alimentaire à l’échelle locale

Greniers de sécurité alimentaire à l’échelle locale

La Fédération nationale des groupements Naam (FNGN) a mis en place des greniers de sécurité alimentaire (GSA) afin d’améliorer l’accès physique et économique aux denrées des populations situées à proximité.

Contexte

L’agriculture pluviale de subsistance pratiquée par les populations du Sahel les rend vulnérables aux aléas climatiques. La production céréalière, destinée à l’autoconsommation, varie fortement d’une année à l’autre et la satisfaction des besoins alimentaires n’est pas assurée en permanence. Des activités économiques de saison sèche permettent d’assurer l’achat des aliments complémentaires mais souvent à un prix relativement élevé. Cet accès difficile aux denrées s’intensifie pendant la saison des pluies, quand la demande et les prix augmentent et les ressources monétaires des paysans sont quasiment épuisées.

 

DESCRIPTION

Les GSA sont caractérisés par i) un fonds de roulement centralisé et destiné à l’octroi de crédit, ii) la vente au comptant et iii) la diversification de l’offre alimentaire. Le fonds de roulement, fourni par la FNGN et remboursable en fin de campagne, permet aux GSA d’effectuer leurs achats. Les fonds dont dispose initialement la Fédération proviennent des dotations de ses partenaires financiers. Lorsqu’ils sont transférés aux GSA, ils sont le plus souvent déposés dans les caisses des mutuelles d’épargne et de crédit de la FNGN. Un comité d’octroi se charge d’affecter ces fonds en fonction de critères clairement définis : le GSA doit pouvoir apporter une garantie de 5 % sur le montant demandé, présenter des bâtiments de stockage en bon état, et témoigner de pratiques acceptables. Un taux d’intérêt de 9 % est appliqué au montant accordé aux GSA, afin de couvrir les frais de fonctionnement à la charge de la FNGN.

 

Les GSA se chargent ensuite de l’achat d’un éventail élargi de produits de base en fonction de la demande anticipée, comme des céréales, des protéagineux, des oléagineux et d’autres produits alimentaires non céréaliers. La collecte des produits se fait auprès des producteurs locaux et au niveau des commerçants. La majorité des achats sont réalisés « en gros » dès le début de la campagne agricole, afin de tirer parti de prix relativement bas. Les produits sont ensuite vendus toute l’année par le GSA, au comptant, en gros et en détail, à un prix permettant de rembourser le crédit et de dégager une petite marge, tout en se situant en dessous des prix du marché. La bonne gestion des approvisionnements permet au GSA de mettre à disposition des populations des produits de qualité à coûts modérés et de manière durable.

Résultats et impacts

  • Autonomisation financière des GSA grâce à des marges bénéficiaires permettant d’investir dans des infrastructures locales (centres de santé, écoles) ;
  • Accès par les villages les plus isolés aux produits ;
  • Dynamisation du marché local ;
  • Réduction des prix de vente comparé à ceux du marché ;
  • Amélioration de la situation nutritionnelle des personnes accédant à un GSA.

Facteurs de réussite et leçons apprises

  • Un diagnostic sans concessions de la faillite des banques de céréales fait au démarrage des GSA ;
  • L’implication des plus vulnérables et des femmes dans les comités de gestion des GSA ;
  • Le réinvestissement des bénéfices tirés de la gestion des GSA dans des infrastructures locales ;
  • L’ouverture toute l’année, avec une reconstitution des stocks en fonction des besoins ;
  • La diversification des produits commercialisés mais des pratiques alimentaires inchangées.

Défis

  • Rotation importante des personnes formées ; les mieux formées étant ceux qui se retirent le plus fréquemment de l’activité.

Mise à l'échelle

  • Cette pratique a déjà été dupliquée par des organisations faîtières disposant d’une structuration institutionnelle et opérationnelle.

 

Pays

  • Burkina Faso

Thèmes

  • Affaires sociales et protection sociale
  • Agriculture & chaînes de valeurs
  • Climat, changement climatique & adaptation
  • Nutrition
  • Sécurité alimentaire

Cibles

  • Agriculteurs vulnérables
  • Pasteurs et agropasteurs

Piliers AGIR

  • Pilier 1 : Améliorer la protection sociale des communautés et ménages vulnérables pour une sécurisation de leurs moyens d'existence

Objectifs de développement durable

  • ODD 1
  • ODD 2
  • ODD 13