Portail pays & région

Retrouvez toutes les données
et ressources par pays / région

Documents

Tous les documents
février 2021

Ordre du jour, Atelier de travail, « Cadre d’analyse du leadership en matière de gouvernance de sécurité alimentaire et nutritionnelle »

En savoir +
novembre 2020

Maps & Facts: Crise alimentaire et nutritionnelle 2020, Analyses & réponses

En savoir +

Cartes

Toutes les cartes
novembre 2020

Sahel et Afrique de l'Ouest : 11.4 millions de personnes en insécurité alimentaire aiguë

En savoir +
novembre 2020

Sahel et Afrique de l'Ouest : 17 millions de personnes en insécurité alimentaire aiguë

En savoir +

Vidéos

Toutes les vidéos
Réseau RPCA

RPCA

Financé par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne pour l’Afrique et plusieurs membres de l’Alliance Sahel (Allemagne, Danemark), le Programme d’urgence pour la stabilisation des espaces frontaliers du G5 Sahel (PDU) offre un appui majeur aux populations vulnérables dans les zones frontalières des cinq pays du G5 Sahel : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Ainsi, le PDU est une réponse directe à la demande des Chefs d’État du G5 Sahel, élaborée conjointement avec le Secrétariat permanent du G5 Sahel dans le cadre de l’Alliance Sahel avec les contributions de ses membres face à l’insécurité et à la vulnérabilité des populations. L’action vise à soutenir les populations vulnérables et la cohésion sociale à travers notamment l’amélioration de l’accès à l’eau dans les régions les plus fragiles tout en facilitant le règlement des conflits liés aux ressources naturelles. Une attention particulière est accordée à l’aspect genre, notamment par la prise en compte des femmes dans les phases d’identification des sites du projet, et les aspects liés au genre dans le choix des lieux d’implantation des bornes fontaines, dans les modalités d’exploitation, de tarification et de gestion des ouvrages. Une représentativité effective des femmes dans les organes de gestion de l’eau est exigée. Le programme est mis en œuvre conjointement par plusieurs membres de l’Alliance Sahel (AFD, GIZ, LuxDev et le Centre pour le dialogue humanitaire).