Situation alimentaire et nutritionnelle / Espace UEMOA

Situation alimentaire et nutritionnelle
Espace UEMOA

/ Situation courante

+
-

/ Situation projetée

+
-
  • Phase 1 : minimal
  • Phase 2 : sous pression
  • Phase 3 : crises
  • Phase 4 : urgence
  • Phase 5 : famine
  • Non analysé
Source : Analyse du Cadre harmonisé, Atelier national de validation, Ouagadougou, Burkina Faso, Mars 2021
© . Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA)

Nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire

Pays Phase 1 Phase 2 Phase 3 Phase 4 Phase 5 Phase 3-5 %* Population
TOTAL
Pays Phase 1 Phase 2 Phase 3 Phase 4 Phase 5 Phase 3-5 %* Population
TOTAL

* Share of analysed population

L’espace UEMOA face à la crise alimentaire et nutritionnelle 2021

Télécharger le pdf

FAITS SAILLANTS

Pour la deuxième année consécutive, les huit pays membres de l’UEMOA font face à une crise alimentaire et nutritionnelle majeure en 2021.  Les populations vulnérables sont concentrées dans les zones touchées par le conflit dans la boucle du Liptako-Gourma (Sahel, Centre-Nord, Nord, Est au Burkina Faso ; Mopti et Gao au Mali et Tillabéry au Niger) et dans la zone frontalière entre le Niger (Diffa) et le Nigéria. L’insécurité civile reste l’un des principaux facteurs aggravants de cette situation alimentaire et nutritionnelle critique, provoquant d’importants flux de personnes déplacées internes (plus de 1.1 million au Burkina Faso) et la fermeture de nombreux centres de santé et d’écoles, privant les enfants de cantine scolaire. Cela engendre une hausse dramatique des besoins d’assistance alimentaire et humanitaire.

  • L’espace UEMOA compterait quelque 8.1 millions de personnes vulnérables en besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence, comparée à 5.7 millions de personnes en juin-août 2020  (estimations du Cadre harmonisé de mars 2021)
  • Environ 22.9 millions de personnes additionnelles, actuellement sous pression alimentaire (phase 2), pourraient basculer en situation de crise si des actions d’atténuation ne sont pas mises en œuvre.
  • La situation nutritionnelle reste très précaire dans la plupart des pays sahéliens à cause d’un accès limité aux centres de santé dû à la pandémie de Covid-19 et à la menace sécuritaire.
  • Les plus fortes progressions de la production vivrière ont été enregistrées au Burkina Faso et au Mali, avec des augmentations respectives de 13.0 % et 7.8 %, par rapport à la campagne précédente.
  • Le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Sénégal ont d’ores et déjà élaborés des plans nationaux de réponse qui manquent cependant des financements conséquents. Plus que jamais, les capacités d’accès des ménages vulnérables aux aliments doivent être renforcés.
  • La reprise économique est en cours. Selon les estimations de la BCEAO, le PIB réel progresserait, en variation annuelle, de 4.6 % au premier trimestre 2021. L’inflation reste maîtrisée dans la zone UEMOA, avec un taux de 1.8 % à la fin février 2021

/ Situation courante
/ Situation projetée
  • Phase 1 : minimal
  • Phase 2 : sous pression
  • Phase 3 : crises
  • Phase 4 : urgence
  • Phase 5 : famine
  • Non analysé
Nombre de personnes (en millions) en situation de crise et au delà sur la période Juin-Août
  • Phase 1 : minimal
  • Phase 2 : sous pression
  • Phase 3 : crises
  • Phase 4 : urgence
  • Phase 5 : famine
  • Non analysé