Ressources

Accessibilité et transhumance

Publié : novembre 2020

En raison de l’insécurité persistante, l’accès aux pâturages a été très difficile dans la plupart des pays sahéliens, en particulier dans le Liptako‑Gourma et les zones touchées par Boko Haram. Plusieurs régions sont devenues complètement inaccessibles et dépassent le seuil d’alerte de 75 %. Durant le début de la soudure, l’accès aux pâturages était encore possible dans certaines régions du Niger (Goudoumaria, Manesora, Ngourti), du Tchad (Batha Est, Fitri Bourkou, Lac et Kanem) et au Mali. Au Tchad, l’extrême sud, près de la frontière avec la République centrafricaine, était la seule région bénéficiant de pâturages abondants. À partir de juin 2020, l’accès aux pâturages est devenu extrêmement difficile dans de nombreuses parties du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger et du Nigéria (États de Benue, Niger et Yobe) et dans certaines zones du Sénégal. L’accès aux pâturages s’est toutefois amélioré avec le début de la saison des pluies.

Pays : Tchad, Mali, Niger, Nigéria, Region, Sénégal

Thèmes : Agriculture et chaînes de valeurs, Changement climatique et adaptation, Eau, Élevage et pastoralisme, Questions foncières, Gestion des ressources naturelles, Marchés, prix, commerce, Sécurité alimentaire

Échelle : Transfrontalière, Régionale (Afrique de l'Ouest)

Langues : Français

À voir aussi

Pays de la CEDEAO ayant plus d’1 million de personnes en situation de crise (phases 3-5)

En savoir +

Tendances alimentaires et nutritionnelles au Sahel et en Afrique de l'Ouest, 2017-21

En savoir +