Ressources

Anomalie de la production fourragère par rapport à la moyenne sur 20 ans (%)

Publié : novembre 2020

Bien avant l’irruption de la Covid-19, la situation pastorale était tendue en raison d’importants déficits fourragers, notamment en Mauritanie et au Sénégal ainsi que par endroits au Mali et au Niger. Cette situation a augmenté la compétition avec les agriculteurs pour l’accès à la terre, à l’eau et aux ressources. La crise sécuritaire a fortement perturbé les activités pastorales dans le Liptako-Gourma et dans le bassin du lac Tchad : fermeture de marchés à bétail, difficulté d’accès à certains pâturages, transhumance limitée ou interdite, entraînant un déplacement massif des populations pastorales dans les zones péri-urbaines. La situation s’est davantage aggravée avec les limitations de la mobilité liées à la Covid-19. La fermeture des marchés et les restrictions de mouvements ont lourdement impacté les populations pastorales et agropastorales. Ces dernières ont été parmi les populations les plus fortement touchées par les effets de la crise sanitaire et dépendent lourdement de l’aide extérieure. Une communauté pastorale sur quatre a reçu une aide pendant la soudure.

Pays : Tchad, Mali, Mauritanie, Niger, Region

Thèmes : Agriculture et chaînes de valeurs, Changement climatique et adaptation, Covid-19, Eau, Élevage et pastoralisme, Questions foncières, Gestion des ressources naturelles, Marchés, prix, commerce, Sécurité alimentaire

Échelle : Transfrontalière, Régionale (Afrique de l'Ouest)

Langues : Français

À voir aussi

Pays de la CEDEAO ayant plus d’1 million de personnes en situation de crise (phases 3-5)

En savoir +

Tendances alimentaires et nutritionnelles au Sahel et en Afrique de l'Ouest, 2017-21

En savoir +