Portail pays & région

Retrouvez toutes les données
et ressources par pays / région

Documents

Tous les documents

Cartes

Toutes les cartes
juin 2021

Pays de la CEDEAO ayant plus d’1 million de personnes en situation de crise (phases 3-5)

En savoir +

Vidéos

Toutes les vidéos
Réseau RPCA

RPCA

Pour la deuxième année consécutive, plusieurs États membres de la CEDEAO font face à une crise alimentaire et nutritionnelle majeure. Selon les estimations du Cadre harmonisé de mars et juin 2021, à l’entrée de la période de soudure 2021, l’espace CEDEAO compterait 24.8 millions de personnes vulnérables en besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence, dont près de la moitié au Nigéria (12.8 millions). Cela représente un nouveau pic pour l’espace CEDEAO. Par ailleurs, environ 63 millions de personnes additionnelles, actuellement sous pression alimentaire (phase 2), pourraient basculer en situation de crise si des actions d’atténuation ne sont pas mises en œuvre. La situation nutritionnelle reste précaire dans la plupart des pays sahéliens à cause d’un accès limité aux centres de santé dû à la pandémie de Covid-19 et à la crise sécuritaire. Les populations vulnérables restent concentrées dans les zones touchées par le conflit dans le nord-est du Nigéria (4.3 millions) ainsi que dans la boucle du Liptako‑Gourma (3.2 millions). Cependant, de nouveaux foyers d’insécurité alimentaire sont en train d’émerger dans le Golfe de Guinée, notamment en Sierra Leone. En juin-août 2021, la Sierra Leone compte 1.8 million de personnes en crise alimentaire, soit un taux de prévalence de 22 % ; près d’une personne sur cinq a besoin d’assistance urgente. Cette situation alimentaire tendue dans la région est due à la collusion des crises sécuritaire et sanitaire, mais aussi à l’inflation qui continue de frapper durement la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone. Les effets croisés de l’inflation et des crises sécuritaire et sanitaire provoquent notamment la hausse des prix des denrées alimentaires, atteignant plus de 40 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années, au Libéria, au Nigéria et en Sierra Leone. Ce contexte socioéconomique persiste depuis au moins trois ans et fragilise les moyens d’existence des ménages vulnérables et leurs capacités d’accès aux aliments.